Chronique économique

Chronique Economique - La consécration du business de l'abonnement - 26/04/2018 (jeu., 26 avril 2018)
Je parlais récemment avec un confrère de l'économie de l'abonnement qui est très en vogue aujourd'hui. Ce dernier m'a avoué que lui et sa famille ne juraient plus que par les abonnements mensuels ou annuels. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Du pain et des jeux 2.0 contre les révolutions... - 25/04/2018 (mer., 25 avril 2018)
A l'inverse de ce que pense un économiste très connu : il n'y aura pas de Mai 68 des salariés. Il n'y aura pas de révolte de la classe moyenne occidentale malgré la pression de la mondialisation, malgré les pertes d'emploi et malgré la peur de la révolution numérique. Pourquoi ? Mais à cause des réseaux sociaux et des séries télévisées, c'est ce que nous explique notre chroniqueur économique. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - L'empire des GAFA... - 24/04/2018 (mar., 24 avril 2018)
Et si Google était Dieu, si Apple, c'était le sexe, si Facebook l'amour et Amazon, la mort ? Notre chroniqueur économique nous explique le succès de ces 4 géants technologiques au travers de cette métaphore. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Vers la fin des marques... - 23/04/2018 (lun., 23 avril 2018)
L'arrivée des enceintes connectées dans nos salons, vous savez ce sont ces assistants vocaux qui sont connectés à Internet, eh bien, ces assistants vont sans doute signer la mort.... des marques ! Votre assistant vocal achètera un fromage et pas nécessairement caprice des Dieux, votre assistant achètera une lessive et pas nécessairement Ariel, etc, etc. Bref, le secteur de la distribution va être chamboulé, c'est ce que nous dit Amid Faljaoui. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Les banques américaines sont au top de leur forme - 20/04/2018 (ven., 20 avril 2018)
Elles dominent même la finance mondiale ! Ce qui en soit fait peur à certains, car ils se souviennent que la crise actuelle a démarré à cause des banques américaines. Amid Faljaoui nous en dit plus. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Epargne belge : le taux d'intérêt le plus bas d'Europe - 19/04/2018 (jeu., 19 avril 2018)
De tous les pays de la zone, la Belgique est le pays qui rémunère le moins bien l'épargne de ses citoyens ! C'est ce que l'on vous explique aujourd'hui. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - L'Europe face au désamour des USA... - 18/04/2018 (mer., 18 avril 2018)
Le soft power des Etats-Unis, çàd leur pouvoir de séduction est en train de baisser fortement dans le monde. Notre chroniqueur éco nous explique - que paradoxalement - ce n'est pas une bonne nouvelle pour l'Europe- ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Limitation des rémunérations des dirigeants du secteur public - 17/04/2018 (mar., 17 avril 2018)
Les managers du secteur public wallon vont voir leur rémunération être plafonnée à 245.000 euros brut par an. C'est nettement en dessous de ce qu'ils gagnent aujourd'hui : certains pensent que la Wallonie va se vider de ses bons managers publics. Notre chroniqueur éco nous en dit plus sur ce débat très confidentiel mais important pour la Wallonie. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Nouvelle économie digitale : fais-moi confiance... - 16/04/2018 (lun., 16 avril 2018)
... ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - GAFAM : le désamour... - 13/04/2018 (ven., 13 avril 2018)
Les valeurs technologiques comme Apple, Google ou Facebook ont été pendant longtemps les chouchous de la Bourse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui ! Notre chroniqueur éco nous explique les raisons de ce désamour dont personne ne sait s'il est momentané ou plus durable. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - L'affaire Facebook... - 12/04/2018 (jeu., 12 avril 2018)
Et si Facebook était devenu, comme les banques, trop grand et trop puissant pour faire faillite ? C'est la question posée aujourd'hui par Amid Faljaoui, à un moment donné où même aux Etats-Unis, des parlementaires veulent réglementer le business de Facebook. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - La revanche des ondes sur la presse écrite et la télévision - 11/04/2018 (mer., 11 avril 2018)
Grâce aux enceintes connectées, ces fameuses enceintes qui répondent à nos questions par la voix, les radios vont connaitre une nouvelle vie. On pourra même dire, que ce sera la revanche des ondes sur la presse écrite et la télévision, c'est ce que nous explique notre chroniqueur économique. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Le business de l'abonnement - 10/04/2018 (mar., 10 avril 2018)
L'économie de l'abonnement ne se limite pas à la musique ou à la vidéo en streaming. Elle a envahi tous les secteurs de l'économie et ce sont les jeunes qui en sont les plus grands fans. Et c'est normal, la jeune génération celle qui a moins de 25 ans est plus intéressée par l'usage d'un objet que par sa possession, c'est ce que nous explique notre chroniqueur éco. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Internet : monétiser nos données personnelles ? - 09/04/2018 (lun., 09 avril 2018)
Pour que ne données personnelles ne soient plus bradées par les Facebook et autres Instagram ou Amazon, certains proposent de vendre nos données. Mais est-ce aussi simple que cela ? N'est-ce pas une fausse bonne idée ? ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Facebook devant les députés américains - 06/04/2018 (ven., 06 avril 2018)
Marck Zuckerberg, le patron de Facebook va enfin s'expliquer devant les députés américains le 11 avril prochain - notre chroniqueur éco Amid Faljaoui nous démontre que cette explication est déjà bien rodée et qu'elle n'aboutira à rien de concret ----Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Smartphone et concentration au boulot - 05/04/2018 (jeu., 05 avril 2018)
Garder votre téléphone sur votre bureau est une très mauvaise idée quand vous voulez vous concentrer sur une tâche - des chercheurs ont découvert que le simple fait d'être déposé à portée de vue perturbe votre travail ----Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Le contôle fiscal - 04/04/2018 (mer., 04 avril 2018)
Un contrôleur fiscal doit percevoir 250.000 euros par an - c'est ce qu'on vient d'apprendre mais quelles sont les conséquences de cette information ? Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - A quoi servent les réseaux sociaux? - 03/04/2018 (mar., 03 avril 2018)
... ----Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Quand Elon Musk vacille... - 30/03/2018 (ven., 30 mars 2018)
Après n'avoir juré que par Tesla, le fabriquant de voitures électriques, les investisseurs commencent à douter sérieusement. L'action Tesla a chuté et certains fonds spéculatifs osent même évoquer sa faillite prochaine ! Notre chroniqueur éco nous en dit plus sur Elon Musk et sa société Tesla. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Les déboires d' H and M - 29/03/2018 (jeu., 29 mars 2018)
Le champion mondial du prêt-à-porter H and M se retrouve avec plus de 4 milliards d'invendus sur les bras ! Pourquoi ? C'est la question à laquelle notre chroniqueur économique répond aujourd'hui. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - YouTube : un pas de plus vers le payant - 28/03/2018 (mer., 28 mars 2018)
You Tube, le site de streaming musical veut frustrer ses utilisateurs avec de plus en plus de publicité ! La raison en est simple : You Tube veut forcer ses utilisateurs - ils sont plus d'un milliard - à se diriger vers son service payant You Tube Red. C'est la stratégie qui est adoptée pour les Etats-Unis et qui arrivera bientôt chez nous nous exlique notre chroniqueur éco. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Réglementer le numérique... - 27/03/2018 (mar., 27 mars 2018)
La révolte contre le monde numérique a commencé avec le dernier scandale Facebook. Notre chroniqueur économique nous démontre que les géants du numérique doivent être réglementés exactement comme l'industrie automobile ou pire encore, comme l'industrie du tabac ! ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Et notre vie privée là dedans ? - 26/03/2018 (lun., 26 mars 2018)
Le scandale Facebook démontre que nous sommes entrés dans un capitalisme de surveillance ! Surveillance de nos faits, de nos gestes et même de nos pensées, c'est ce que nous démontre notre chroniqueur éco. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Rémunération colossale pour le patron de Tesla... - 23/03/2018 (ven., 23 mars 2018)
Elon Musk, le génial fondateur de TESLA, la voiture électrique haut de gamme va recevoir un bonus de.... 56 milliards de dollars ! Notre chroniqueur éco nous explique comment et pourquoi cette somme folle ? ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - L'Europe veut enfin taxer les géants d'Internet - 22/03/2018 (jeu., 22 mars 2018)
Mais les caisses de ces GAFA ont déjà été vidées par une loi votée par Donald Trump. En plus il n'est pas sûr que des pays comme l'Irlande ou le Luxembourg laisseront l'Europe taxer ces géants du web. C'est ce que nous dit notre chroniqueur éco. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Facebook : le scandale des fuites de données - 21/03/2018 (mer., 21 mars 2018)
La leçon du scandale du vol des données de Facebook, c'est que nous sommes entrés dans l'économie du "c'est à prendre ou à laisser". C'est ce que nous dit aujourd'hui notre chroniqueur économique. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Rester prudent face aux assistants vocaux... - 20/03/2018 (mar., 20 mars 2018)
La voix, notre voix est devenue aujourd'hui la porte d'entrée du web. Notre chroniqueur éco nous démontre que la voix - notre voix - risque de tuer des marques bien connues, il nous explique pourquoi. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Les revers du transfert d'argent sans frais... - 19/03/2018 (lun., 19 mars 2018)
Les transferts d'argent de particuliers à particuliers de Belgique vers l'étranger ne concerne plus seulement les personnes d'origine étrangère. En plus, grâce à de nouvelles applications, les frais de commissions ont fortement baissé. Mais tout n'est pas encore rose dans le monde du transfert d'argent comme nous le précise notre chroniqueur éco. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Les magasins de jouets souffrent le martyr ? - 16/03/2018 (ven., 16 mars 2018)
La preuve, un géant comme Toys R Us a décidé de fermer ses 735 boutiques de jouets. Quant à la chaine La Grande Recré, elle est en redressement judiciaire. Mais pourquoi les jouets n'ont-ils plus la cote auprès des jeunes ? C'est la question à laquelle répond notre chroniqueur éco. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Trump ''La Vieille Dame Indigne"... - 15/03/2018 (jeu., 15 mars 2018)
Et si Donald Trump en voulant taxer l'acier et l'aluminium chinois se trompait de combat ? Notre chroniqueur éco va même plus loin, il pense que Trump lui fait penser à ''La Vieille Dame Indigne", ce film qui raconte les aventures d'une dame âgée qui n'en fait plus qu'à sa tête une fois qu'elle a élevé ses enfants ! ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Contrer Booking.com ou Airbnb... - 14/03/2018 (mer., 14 mars 2018)
Pourquoi un groupe hôtelier comme AccorHotels vend son immobilier ? Bizarre direz-vous de vendre son fonds de commerce, sauf si c'est pour mieux contrer la concurrence de site internet comme Booking.com ou Airbnb ! C'est ce que nous explique aujourd'hui notre chroniqueur économique. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Jusqu'où ira la chute des ventes des véhicules à moteurs diesel ? - 13/03/2018 (mar., 13 mars 2018)
C'est à cette question que tente de répondre aujourd'hui notre chroniqueur éco. Et elle n'est pas anodine pour les constructeurs automobile, car avec les scandales et la volonté de nombreuses villes de bannir les voitures diesel, c'est une question importante pour l'avenir de l'industrie auto ! ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Amazon lorgne sur le secteur banquaire - 12/03/2018 (lun., 12 mars 2018)
La frontière entre les banques et une entreprise comme Amazon risque de se brouiller de plus en plus, car Amazon envisage de lancer des services bancaires. Il n'en fallait pas plus pour stresser les banquiers comme on l'explique... ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Mieux vaut la stratégie du Gagnant-Gagnant... - 09/03/2018 (ven., 09 mars 2018)
Donald trump va perdre sa guerre commerciale ! Notre chroniqueur éco nous dit pourquoi. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Les USA grands vainqueurs de la crise financière de 2008... - 08/03/2018 (jeu., 08 mars 2018)
La crise financière de 2008 a été créée aux Etats-Unis et elle est partie des Etats-Unis. Pourtant les amendes infligées aux banques ont surtout profité aux américains, c'est sur ce paradoxe que revient notre chroniqueur éco. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - "Mortelle Transparence" le nouveau visage de Big Brother ? - 07/03/2018 (mer., 07 mars 2018)
A en croire notre chroniqueur, il y a des livres qui sont salutaires, c'est le cas de "Mortelle Transparence", un livre co-écrit par un juriste et un homme de médias. Dans ce livre, les auteurs fustigent la dictature de la transparence qui est selon eux notre nouvelle servitude ! ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Revenir au bon vieux GSM d'autrefois... - 06/03/2018 (mar., 06 mars 2018)
Alors que les ventes de Smartphones commencent à décliner pour la première fois de leur histoire, les téléphones ''idiots'' ont le vent en poupe. Mais c'est quoi un téléphone idiot ? C'est ce que va nous expliquer notre chroniqueur éco. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Spotify va entrer en bourse de New York - 05/03/2018 (lun., 05 mars 2018)
C'est l'occasion pour notre chroniqueur éco de nous expliquer pourquoi Google, Apple et Amazon veulent tuer Spotify... ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Amazon veut vraiment pouvoir entrer chez vous... - 02/03/2018 (ven., 02 mars 2018)
Amazon vient de racheter une start up pour plus d'un milliard de dollars. c'est une start up spécialisée dans les sonnettes connectées. Et si vous vous demandez pourquoi payer une telle somme, alors il faut écouter notre chroniqueur éco. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Trop d'écrans, des risques pour vos enfants... - 01/03/2018 (jeu., 01 mars 2018)
Les écrans de tablettes et de Smartphones sont une prison pour nos enfants, mais c'est aussi une prison souvent sans publicité. Notre chroniqueur éco nous en dit plus sur ce paradoxe que vivent nos jeunes et les plus petits d'entre eux. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Une starlette fait chuter Snapchat en bourse ! - 28/02/2018 (mer., 28 févr. 2018)
Un Tweet de la jeune starlette américaine Kylie Jenner a fait perdre 1.3 milliards de dollars à Snpachat, l'application de photos et de vidéos éphémères. C'est de cet exploit incroyable dont nous parle aujourd'hui notre chroniqueur éco. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Le site d'hébergement Airbnb a décidé de monter en gamme... - 27/02/2018 (mar., 27 févr. 2018)
Et de s'ouvrir aussi aux hôtels alors que jusqu'à présent il n'offrait que des logements chez les particuliers. Pourquoi ce changement de stratégie ? C'est la question à laquelle répond notre chroniqueur économique. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - La disparition du cash... - 26/02/2018 (lun., 26 févr. 2018)
En Suède, certains hommes politiques commencent à s'inquiéter de la disparition du cash. Mais pourquoi et en quoi cette inquiétude concerne-t-elle les citoyens Belges ? C'est une bonne question que pose notre chroniqueur économique ! ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Presse écrite - 22/02/2018 (jeu., 22 févr. 2018)
La presse écrite après avoir souffert de l'arrivée d'internet et de l'information gratuite se met aujourd'hui à rêver qu'elle pourrait bâtir un modèle à la Spotify ou à la Netflix pour la presse écrite - amid faljaoui, nous en dit plus sur ce rêve et ses difficultés ! ----Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Le diktat de la transparence... - 21/02/2018 (mer., 21 févr. 2018)
Notre chroniqueur éco a décidé de nous parler aujourd'hui d'un livre pamphlet qui accuse la société numérique d'être devenue tantôt un tribunal du buzz, tantôt une dictature de la vertu et tantôt une tyrannie de la majorité - rien que cela ! ''Mortelle Transparence'' par Denis Olivennes et Mathias Chichportich. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - L'avenir appartient à ceux qui se lèvent en forme ! - 20/02/2018 (mar., 20 févr. 2018)
Et si laisser dormir plus nos enfants permettait d'augmenter le PIB de notre pays ? C'est une conclussion assez étonnante à laquelle arrive un institut américain. On vous en dit plus sur cette drôle de statistique. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Comment fait-on pour trouver 100 milliards de dollars en 3 mois ? - 19/02/2018 (lun., 19 févr. 2018)
Réponse: c'est simple, vous mettez quelques ministres et hommes d'affaires en détention à l'hôtel Ritz-Carlton et vous ne les laissez sortir que quand ils ont signé un très gros chèque. Cette histoire est véridique et elle nous est racontée aujourd'hui par Amid Faljaoui ! ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Pourquoi les banques vont-elles disparaître ? - 16/02/2018 (ven., 16 févr. 2018)
La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Les smartphones réduisent ils notre productivité ? - 15/02/2018 (jeu., 15 févr. 2018)
Et si les Smartphones étaient à l'origine de la baisse de la productivité en occident ? En d'autres mots, les Smartphones seraient des armes de distraction massive ! Mais est-ce aussi simple que cela ? Notre chroniqueur nous en dit plus sur cette nouvelle économie que les spécialistes appellent l'économie de l'attention : notre attention ! ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Et si la dernière crise boursière avait été prévue ? - 14/02/2018 (mer., 14 févr. 2018)
Et si la dernière crise boursière, celle de la semaine dernière, avait été prévue ? C'est avec cette question étonnante que notre chroniqueur économique veut susciter le débat aujourd'hui. La question, c'est : s'il a raison, pourquoi alors tout ce bruit autour de cette tempête boursière ? ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - La face cachée des GAFA - 13/02/2018 (mar., 13 févr. 2018)
A force de parler de la puissance des GAFA, les fameux Google, Apple, Facebook et Amazon, on en oublierait que ces sociétés cherchent avant tout à avoir le monopole dans leur secteur à tout prix ! C'est ce que nous démontre aujourd'hui notre chroniqueur économique. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Chute des Bourses mondiales... - 12/02/2018 (lun., 12 févr. 2018)
La Bourse a vu 5000 milliards de dollars partir en fumée la semaine dernière ! Notre chroniqueur économique va nous expliquer quelles sont les leçons que l'on peut tirer de cette semaine folle ! ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Le Bitcoin continue de jouer au yo yo - 09/02/2018 (ven., 09 févr. 2018)
Notre chroniqueur éco en profite pour nous expliquer pourquoi cette monnaie virtuelle n'est pas valorisable et surtout pourquoi les banques et les Etats veulent la tuer ! ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Quand Facebook lance une messagerie pour les enfants - 08/02/2018 (jeu., 08 févr. 2018)
Le débat sur l'ouverture de Facebook aux enfants est un débat sain car il relance les questions sur l'influence de nos Smartphones sur notre vie quotidienne, sur la qualité du sommeil de nos enfants et sur leur incapacité à s'ennuyer. Notre chroniqueur revient sur ce débat avec quelques arguments chocs tirés d'un nouveau livre sur le sujet. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - La chute des cryptomonnaies... - 07/02/2018 (mer., 07 févr. 2018)
La Bourse plonge mais les experts ne s'en plaignent pas trop car il estiment que cette correction est salutaire. En revanche, le Bitcoin lui a littéralement pris la tasse. Notre chroniqueur éco en profite pour nous rappeler de ne jamais investir dans quelque chose qu'on ne comprend pas. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Les bourses ont trébuché ce lundi et vendredi... - 06/02/2018 (mar., 06 févr. 2018)
Et la raison principale de cette chute, c'est que les chiffres de l'emploi sont meilleurs que prévus aux Etats-Unis. A croire que la Bourse n'aime pas les bonnes nouvelles ! Notre chroniqueur nous explique que c'est plus compliqué que cela... ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - La réforme de l'Isoc pénaliserait les petits entrepreneurs... - 05/02/2018 (lun., 05 févr. 2018)
La baisse de l'impôt des sociétés qui est entrée en vigueur en 2018 aurait normalement dû ravir les PME belges. Et c'est vrai que c'est le cas, sauf du côté wallon, mais pourquoi ? C'est à cette question que répond aujourd'hui notre chroniqueur économique. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - L'audience de Facebook... - 02/02/2018 (ven., 02 févr. 2018)
Le patron de Facebook a annoncé qu'il était content de savoir que nous passions moins de temps sur... Facebook ! C'est étonnant comme phrase mais il l'a vraiment dite ! Notre chroniqueur économique ne s'est pas contenté d'entendre la phrase, il a voulu comprendre pourquoi le patron de Facebook a dit cela. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - Vers des supermarchés sans caissières. - 01/02/2018 (jeu., 01 févr. 2018)
Notre chroniqueur éco revient sur l'affaire Carrefour en nous rappelant que les géants d'Internet et même les distributeurs physiques travaillent sur des concepts de supermarchés sans caisses et donc sans caissières. Et ce concept là existe déjà à Seattle aux Etats-Unis. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

Chronique Economique - L'enjeu des données numériques... - 31/01/2018 (mer., 31 janv. 2018)
Nos données numériques sont devenues le nouveau carburant des entreprises. Et pour bien expliquer ce phénomène Amid Faljaoui a décidé de nous expliquer cela via une bonne ... blague. ---Les grands événements de l'actualité économique et les coulisses des entreprises, La Chronique Economique d'Amid Faljaoui c'est du lundi au vendredi à 8h30 et 17h30 sur Classic 21.
>> Lire la suite

La Chronique Agora

Le monstre de la dette va-t-il se déchaîner ? (jeu., 26 avril 2018)
dette Le système monétaire et financier actuel défie les traditions. Mais les taux longs montent aux Etats-Unis et certains redoutent la contagion. Les traditions représentent souvent un condensé de savoir-faire soigneusement accumulé. Leur oubli engendre des monstres, analyse Bill Bonner. Le système monétaire actuel défie 5 000 ans de traditions. Il est basé sur le crédit illimité. La monnaie sous forme de crédit n'a rien de nouveau en soi, Sumer connaissait déjà un tel système. Mais les Sumériens puis les Hébreux avaient compris qu'il fallait limiter le crédit car le revers du crédit, c'est la dette. La dette ne peut dépasser les capacités humaines de travail et de durée de vie. Pour limiter le crédit, les Sumériens prévoyaient une durée d'esclavage plafonnée à quatre ans pour le mauvais payeur et sa famille. Les Hébreux prévoyaient un jubilé qui effaçait les dettes tous les 50 ans. Notre système moderne défie les traditions et ne prévoit aucune limite. Le poids de la plus grosse dette augmente La plus grosse dette appartient à la plus grosse économie : celle des Etats-Unis. Le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans viennent d'atteindre 3% alors que cette semaine, le Trésor prévoit d'émettre 96 milliards de dollars de nouvelle dette. Les marchés financiers craignent une contagion et que le crédit devienne plus cher partout. Pour le moment, en Europe, nous ne sommes pas encore touchés car Mario Draghi à la Banque centrale européenne continue à créer du crédit gratuit en abondance. Les Allemands, plus traditionalistes, sont très sceptiques quant au bien-fondé de cette politique monétaire qu'ils cautionnent contre leur gré. "Adieu à la France ?" Une "faille" dans le système pourrait entraîner la ruine de notre pays... et de votre épargne. Cliquez ici pour en savoir plus – et prendre les précautions qui s'imposent. Lorsque la monnaie n'était pas du crédit, la tradition penchait pour un système adossé à l'or ou à l'argent. Ainsi la monnaie était reliée à une marchandise disponible en quantité limitée, ce qui était une autre façon de limiter le risque. Ce système a été officiellement abandonné en 1971 mais les banques centrales ont malgré tout conservé un peu d'or dans leurs coffres aux côtés de leurs ordinateurs. Les Allemands rapatrient leurs réserves d'or stockées à l'étranger depuis 2012. La banque centrale allemande vient de convier le public à examiner ses réserves, nous apprend Les Echos. Les Allemands rapatrie leurs réserves d'or stockées à l'étranger depuis 2012. La banque centrale allemande vient de convier le public à examiner ses réserves nous apprend Les Echos. Il s'agit "d'accroître la confiance au sein du public allemand". Les stocks d'or – soit environ 117 milliards de dollars au cours actuel de l'or – représentent 70% des réserves de change de l'Allemagne. Ce qui veut dire que seulement 30% des dites réserves sont des obligations rapportant un petit quelque chose. Ce traditionalisme allemand doit faire ricaner Keynes dans sa tombe, lui qui qualifiait l'or de "relique barbare". Il est vrai que sa doctrine économique révolutionnaire défie aussi la tradition. Elle prétend que la consommation – et non l'épargne – est le moteur de l'économie. Certains pays ont été séduits par la modernité et ont mis la charrue avant les boeufs. Avec le système monétaire actuel de crédit sans limite, ils sont très lourdement endettés et incapables de supporter une hausse des taux d'intérêt. Le monstre de la dette va-t-il éclater ? Les Allemands ont-ils raison de se cramponner aux traditions ? Peut-être allons-nous avoir bientôt la réponse. L’article Le monstre de la dette va-t-il se déchaîner ? est apparu en premier sur La Chronique Agora.
>> Lire la suite

Subprime, le retour à la sauce australienne… (jeu., 26 avril 2018)
subprime australiens Une nouvelle crise du crédit subprime couve en Australie. Si les prix de l'immobilier chutent, le système bancaire australien peut contaminer le reste du monde. Vous souvenez-vous de l'époque où les crédits subprime ne représentaient qu'un petit problème d'une obscure partie du marché américain des prêts hypothécaires ? Puis, tout est parti en vrille. Nous assistons aujourd'hui à un scénario similaire. De prime abord, il semble s'agir d'un petit problème dans une partie obscure du marché australien des prêts hypothécaires. Le hic, c'est qu'il n'est pas petit... et que les banques australiennes pourraient potentiellement être à l'origine d'une épidémie mondiale du fait de leur dépendance aux financements étrangers. Pour la faire courte, les créanciers australiens n'ont pas tenu compte des normes encadrant le crédit. En Australie, si vous n'avez pas le revenu nécessaire pour acheter un bien immobilier, votre courtier en prêts hypothécaires se contente d'ajouter un "1" en face de votre revenu sur les documents officiels. Vous pouvez alors vous offrir la maison de vos rêves avec votre revenu supplémentaire de 100 000 $ - du moins pour ce qui concerne la banque. Parfois, les courtiers utilisent même un stylo de couleur différente lorsqu'ils effectuent leurs modifications. Le formulaire de demande de prêt sera alors envoyé à la banque, où des gens qui ne parlent pas un traître mot d'anglais vérifient que tout est bien en ordre. Une banque a même confirmé qu'elle ne contrôlait pas les demandes des courtiers en prêt hypothécaire, parce que cela serait "trop complexe, prendrait trop de temps et coûterait trop cher." Elle n'a pas pensé à embaucher de la main-d'oeuvre étrangère bon marché comme ses concurrents. Trop honnête, je suppose. Si, malgré les ajustements apportés par le courtier, l'emprunteur n'obtient pas son prêt, le banquier rappelle le courtier pour l'inciter à effectuer des "modifications" supplémentaires sur les papiers... et lui demande pourquoi il n'a pas manipulé le formulaire comme la banque le lui avait demandé en premier lieu. Autres solutions possibles : ajouter le revenu imaginaire du conjoint et signer à la place des demandeurs. Ou encore mieux, les banquiers pourraient tout faire eux mêmes. Un banquier a exigé des frais de 2 800 $ pour fournir de faux documents, ce qui est ironique étant donné la confiance que les banques accordent à ces informations. Ce système de corruption contamine plusieurs filiales de la banque. Il est tout aussi inutile étant donné l'absence de vérification au niveau du back-office. Ce genre de détails ont été révélés au grand public à l'occasion d'une commission d'enquête royale sur le secteur bancaire australien. Sans compter le nombre incalculable de procès depuis 2006. Il s'agit donc d'informations publiques et vérifiées. Australie Ironiquement, il est prévu de resserrer des standards de crédit qui sont ouvertement ignorés. C'est comme fermer la porte d'une écurie sans murs. La question clé est bien sûr de savoir à quel point cette pratique est courante. Mais cela reste très difficile à établir. Imaginez revenir sur le document de demande de crédit d'un emprunteur établi il y a déjà quelques années et essayer de le comparer à sa situation financière de l'époque. Il faudrait consacrer des heures à chaque cas, en supposant que les banques daignent fournir l'information... ce à quoi elles ont tendance à opposer une certaine résistance au travers de moyens étonnamment créatifs. Aux Etats-Unis, une analyse comparant les déclarations d'impôts aux formulaires de demande de crédit a fait ressortir d'importantes différences entre les revenus. Mais ce genre d'étude n'a pas été menée en Australie. Par conséquent, les estimations qui permettraient de connaître l'ampleur du problème reposent uniquement sur des enquêtes. Or celles-ci varient énormément. Je pense que le problème est suffisamment important pour provoquer un krach majeur du système financier australien. Un krach qui deviendra mondial. Ce ne sont pas seulement les normes encadrant le crédit qui sont douteuses. Après 26 années de beau fixe, l'économie australienne ne sait plus vraiment ce qu'est une récession... ce que reflètent les habitudes de prêts. Un professeur d'une grande université australienne a récemment fait remarquer que les banques australiennes prêtent 25% plus que les banques américaines à des clients comparables, souvent sur la base d'informations falsifiées et imprécises. Les prêts à différé d'amortissement représentent 40% des prêts pour certaines banques. D'ici les trois prochaines années, une part importante de ces prêts à différé d'amortissement reviendront à des taux d'intérêt plus élevés. C'est ce qui a cassé le marché du crédit immobilier américain en 2006. L'effet de contagion est assez fulgurant. Les banques australiennes reposent sur des financements étrangers. C'est une épée à double tranchant. D'abord, cela signifie que tout problème dans le système bancaire australien se propagera hors du pays. Deuxièmement, les sources de capitaux étrangers pourraient s'assécher au moindre signe de problème, ce qui empirerait fortement la situation. Si l'on additionne l'effet de spirale de ces deux éléments, on ne peut que constater que l'Australie et ses financiers étrangers ont de gros problèmes. L'effet de camouflage de la hausse des prix immobiliers Pourquoi diable les prêteurs australiens se comportent-ils si mal ? Parce que tant que les prix de l'immobilier montent, c'est un scénario gagnant-gagnant-gagnant. Le prêteur a une valeur de nantissement en hausse, ce qui réduit le risque de la proposition de prêt. Peu lui importe si l'emprunteur fait défaut puisqu'il peut exiger un bien immobilier qui vaudra plus que l'hypothèque. Evolution de l'indice des prix de l'immobilier en Australie depuis 2001 Des emprunteurs inconscients tirent des profits d'emprunts qui leur sont inabordables. Le temps qu'ils vendent ou fassent l'objet d'une saisie immobilière, la hausse des prix de l'immobilier leur apporte un gain inespéré. Les péchés des courtiers hypothécaires restent cachés parce que leurs pratiques douteuses ne sont jamais découvertes. Ce n'est que lorsque les prix immobiliers chutent que toute l'histoire est dévoilée au grand jour. Tout à coup, le risque de prêt est déterminé par le risque de défaut, non par le risque de nantissement. La probabilité de défaut est ce qui importe lorsque la valeur du nantissement diminue. Les emprunteurs se retrouvent sous l'eau, encore endettés même après avoir vendu leur maison. Et c'est là que sont exposées au grand jour les manipulations des courtiers hypothécaires. Mais voilà le plus beau – ce qui rend l'Australie unique et particulièrement risquée pour le système financier mondial : si un emprunteur peut prouver qu'il est victime de ces pratiques, il peut annuler l'emprunt et garder son bien immobilier. Vous avez bien lu, une maison gratuite. Cela signifie également que la banque doit effacer toute la dette, ce qui représente une grosse perte. Ce n'est pas ainsi que se sont déroulées les choses aux Etats-Unis, où l'emprunteur prenait la perte à sa charge. Le problème auquel doivent faire face les banques australiennes est par conséquent d'une ampleur beaucoup plus grande que celui auquel les banques américaines ont été confrontées en 2008. Une fois que les marchés s'en rendront compte, ils réagiront très mal au moindre signe de chute des prix immobiliers en Australie. Le monde est sur le point de découvrir qui s'est baigné nu dans le marché immobilier australien. Et cela pourrait bien déclencher une panique qui gagnera le monde entier. L’article Subprime, le retour à la sauce australienne… est apparu en premier sur La Chronique Agora.
>> Lire la suite

Le rejet des traditions crée des monstres (jeu., 26 avril 2018)
tradition En économie, la tradition de l'épargne avant la dépense a été rejetée. Les innovations financières se multiplient et les surprises risquent de ne pas être heureuses. Le Dow a chuté de quelques points hier, perdant 425 points. Rien de très grave – il y a plus important : le rendement du bon du Trésor US à 10 ans a franchi la barre des 3%. Notre département de recherches s'en tient à son "alerte extrême", en attendant de nouvelles données. [NDLR : Lorsque le signal passera d'"alerte extrême" à "krach", les choses pourraient aller très vite. Pour vous préparer, c'est maintenant : cliquez ici.] Mais notre ami l'économiste Mark Skousen écrit dans le Wall Street Journal que l'économie sous-jacente est plus vigoureuse que le pensent les gens. Nous sommes d'avis que l'économie est "plus faible", et non pas "plus vigoureuse", que ce que pensent les gens. Les chiffres bas du chômage, par exemple, masquent un affaiblissement du paysage de l'emploi dans son ensemble, plus d'Américains occupant désormais des postes qui ne paient pas grand'chose. Par ailleurs, les prix élevés des actions poussent les gens à se croire plus riches qu'ils ne le sont vraiment – et donc à dépenser plus d'argent. Ces 30 dernières années, le patrimoine net des ménages américains a augmenté environ deux fois plus rapidement que l'économie sous-jacente. Les prix des actions, en d'autres termes, ne sont pas basés sur la production réelle. Et il n'y a toujours pas de progression des revenus des ménages – en dépit de 110 mois de croissance (la deuxième plus longue expansion de l'Histoire) – depuis le début du 21ème siècle. Il n'y a jamais de certitudes, en économie – à la place, il y a toujours des surprises. Peut-être que Mark a raison : la surprise sera du bon côté. Nous verrons... Un défi à la sagesse peut-il être un succès ? Nous sommes allé visiter la fierté de Barcelone hier, la Sagrada Familia, une cathédrale extraordinaire conçue par un architecte extraordinaire, Antoni Gaudi. Sagrada Familia A l'intérieur de la Sagrada Familia Gaudi était un chrétien fervent. Il voyait la cathédrale comme un moyen d'exprimer sa foi profonde – et sans doute très originale. L'édifice est à couper le souffle. Et il montre ce qu'on peut faire lorsqu'on a assez de bravoure. Gaudi a commencé le bâtiment en 1882. Il a continué – par intervalles, vivant parfois sur le site même – pendant 44 ans. Puis un jour, en traversant la route, il a été renversé par un tram et en est mort. A ce moment-là, les gens n'avaient toujours pas tranché avec une certitude totale s'il était un génie ou un idiot, mais ils savaient qu'il était extraordinaire. Ils se sont rendus par milliers à son enterrement, et ont accompagné sa dépouille dans la crypte de l'église qu'il avait conçue. Nous avons nous-même fait un peu de construction "expérimentale"... mais nous ne sommes pas digne ne serait-ce que de ramasser les miettes à la table de Gaudi. Tous les détails, des encadrures de portes aux tours vertigineuses en passant par les vitraux et l'autel, sont incroyablement innovants et audacieux. L'audace, en architecture, est généralement signe d'arrogance et de vanité. La plupart du temps, c'est un échec lamentable. Et pour de bonnes raisons. Des siècles de savoir-faire accumulé sont ignorés Il a fallu des centaines d'années pour qu'évoluent les formes plaisantes et familières de l'architecture traditionnelle. Les arches ont été développées il y a 2 000 ans. Les colonnes, peut-être 3 000 ans. Elles – et bon nombre des formes "classiques" que nous tenons pour acquises – sont la forme physique d'un condensé de sagesse, d'information et de style. Elles sont ainsi pour une raison – comme le langage et les bonnes manières – même si nous ne savons pas laquelle. Il est peu probable que l'architecte moderne puisse les améliorer. C'est pour cette raison que quasiment toutes les innovations du XXème siècle sont aussi laides et dysfonctionnelles ; après la Première Guerre mondiale, les architectes ont consciemment rejeté le passé. Et lorsqu'on fait une telle chose – lorsqu'on rejette le travail, l'économie, la religion, le mariage, les bonnes manières, la morale ou l'esthétique – on risque de créer des monstres. Les Russes, par exemple, ont rejeté les conventions du capitalisme bourgeois et ont créé l'Union soviétique. Les Brésiliens ont rejeté l'architecture ordinaire, organique, et ont créé leur capitale, Brasilia, tandis que des architectes du monde entier, comme ceux du Bauhaus, dépouillaient intentionnellement leurs bâtiments des ornements et détails raffinés du passé afin de leur donner un nouveau genre moderne. Dans le domaine de l'économie, auquel nous revenons jusqu'à plus soif, l'économie classique a été rejetée en faveur de théories modernes insensées – surtout celles de John Maynard Keynes. Le résultat ? Un monstrueux gâchis... L'oeuvre de Gaudi est exceptionnelle. Certes, on dirait un peu qu'elle a été cueillie dans le jardin d'un excentrique avant d'avoir été agrandie 1 000 fois. Mais elle est d'une originalité fabuleuse et sa singularité est rafraîchissante. Nous avons vu des centaines d'églises... mais aucune comme la Sagrada Familia. L’article Le rejet des traditions crée des monstres est apparu en premier sur La Chronique Agora.
>> Lire la suite

Les taux d’intérêt pourraient-ils redevenir honnêtes ? (mer., 25 avril 2018)
taux d'intérêt Le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans vient de franchir le seuil symbolique et psychologique des 3%. Ceci peut bouleverser votre épargne. Depuis leur sommet de janvier, les actions ont chuté un peu partout dans le monde : Les actions chinoises ont perdu 14% si l'on se réfère au Shanghai Composite Index Les actions américaines ont chuté de 8% si l'on se réfère au S&P 500 Les actions européennes ont baissé de 5% en se basant sur l'Eurostoxx 50 En théorie, cela veut dire que les investisseurs anticipent moins de bénéfices dans le futur. *** AVERTISSEMENT *** Si le fait de gagner de l'argent facilement et rapidement vous pose un problème, ne cliquez surtout pas ici.(Sinon, allez-y, ne vous gênez pas... mais préparez-vous à être surpris.) Mais les mouvements des actions ne sont pas vraiment sérieux. Ce qui conditionne l'évolution de votre épargne financière et même immobilière ce sont les taux – et précisément les taux longs. Le bon du Trésor américain à 10 ans vient de dépasser hier le seuil fatidique de 3%. Si les taux longs remontent : L'immobilier baisse car moins d'acheteurs se présentent pour un même bien Il est moins facile d'acheter des actions à crédit en tablant sur des dividendes supérieurs aux taux d'intérêt Les entreprises zombies apparaissent clairement : ce sont celles qui sont endettées et dont les taux d'intérêt sont supérieurs aux bénéfices Les refinancements (rembourser un prêt en empruntant à nouveau) deviennent très douloureux Les investissements (les emplois de demain, comme disent les Allemands) sont plus coûteux Le poids de la dette des gouvernements grossit et fait exploser les budgets Il faudra plus d'impôts ou moins d'allocations, ou les deux, et cela pèsera sur la consommation C'est la fin des business models reposant sur de la consommation à crédit financée par des allocations. Pour éviter toutes ces contrariétés et tout ajustement douloureux mais naturel, nos grands planificateurs omniscients ont fait en sorte que les taux longs baissent depuis 1981. Après 37 ans de baisse des taux, d'argent facile et de monde merveilleux, l'enfer est-il possible ? Le 10 ans américain est la référence sur les marchés. Cela fait 37 ans qu'il baisse. La plupart des investisseurs, des entrepreneurs, des gouvernements n'ont jamais eu à affronter une hausse des taux durable. En 1971, le dollar a été coupé de l'or. La monnaie est devenue du crédit. Les pays exportateurs de pétrole ont alors défié le dollar et l'inflation s'est emballé sous l'effet des chocs pétroliers. Les taux longs sont montés à plus de 15% en 1981. La confiance est revenue. Tout est rentré dans l'ordre monétaire nouveau. Les dettes mondiales gonflaient tandis que les taux d'intérêt baissaient. Evolution du 10 ans américain depuis 1971 Les prix de l'immobilier, des actions, des obligations se sont envolés. Les déficits publics se creusaient mais tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Parfois, face à une remontée des taux de courte durée, les impôts s'abattaient pour tenter de réduire les déficits. Les impôts, mais jamais les dépenses publiques. Nous vivions dans un monde merveilleux. Un monde qui dure depuis 37 ans. Qui se souvient encore de l'ancien monde, celui où la faillite était une sélection naturelle et où les taux d'intérêt étaient le reflet de l'épargne disponible ? Cette récente hausse du taux d'intérêt à 10 ans est-elle vraiment sérieuse ? La Fed ne va-t-elle pas agir pour les faire baisser ? Evolution du 10 ans américain depuis 2016 "Agir", pour la Fed, consisterait à créer plus de crédit pour en faire baisser le prix. La Fed a décidé de faire l'inverse : elle rend le crédit plus cher et elle achète moins de bons du Trésor alors que Trump a prévu d'en émettre plus, MAGA (Make America Great Again) oblige. La hausse des taux est la conséquence de ces décisions. Si la Fed se renie, qui aura encore confiance dans le dollar et les bons du Trésor ? La hausse actuelle des prix du pétrole voulue par les pays producteurs ne serait-elle pas un test, comme durant les chocs pétroliers des années 1970 ? Tout le monde se moque de la dette lorsque les taux sont bas. Mais si les taux d'intérêts redeviennent honnêtes ? Vous n'y pensez même pas ! Pouvez-vous imaginer un monde chargé de 237 000 milliards de dollars de dettes (presque le quadruple du PIB mondial) avec des taux d'intérêt à disons 5% ? En 1981, la dette mondiale n'était que de 10 000 milliards de dollars, ce qui représentait une fois le PIB mondial. Les taux pouvaient bien monter jusqu'à 15%. Un monde de taux honnêtes n'est plus possible aujourd'hui sans remettre à plat le système monétaire et financier mondial. MMHA – Make Money Honest Again – sera le programme imposé. [NDLR : Pour préparer votre épargne au choc qui se profile, c'est ici. Il suffit de prendre quelques mesures simples applicables immédiatement.] L’article Les taux d’intérêt pourraient-ils redevenir honnêtes ? est apparu en premier sur La Chronique Agora.
>> Lire la suite

Combien de temps les « risques financiers » vont-ils rester « supportables » ? 2/2 (mer., 25 avril 2018)
banques centrales invincibles Tandis que les assureurs nous décrivent une économie Potemkine, personne n'est préparé à une remontée des risques et une vraie hausse des taux longs. Précédemment, nous avons vu que les assureurs ont une fâcheuse tendance à décrire uniquement ce qui passe sur la façade de l'économie Potemkine. Pourtant, des choses certes moins reluisantes mais tout aussi intéressantes se déroulent à l'envers du décor. Commençons par rappeler quel est le principal responsable des crises financières. Même le Wall Street Journal pointe le doigt vers les banques centrales. Au final, le cycle est perturbé par le responsable habituel : non pas le libéralisme – comme le voudraient les étatistes de tous bord – mais l'interventionnisme toujours plus forcené des dirigeants de banques centrales, lesquels sont – au cas où vous l'auriez oublié – copains comme cochons avec nos gouvernements toujours ravis de présenter des budgets en déficit ainsi qu'avec les patrons des grandes banques commerciales qui vivent en grande partie de la commercialisation de la dette étatique. Pour ce qui est du bilan agrégé des grandes banques centrales, voici les projections de Scotiabank en date du 13 avril : au niveau mondial, la situation devrait en principe se stabiliser fin 2018. Ce graphique montre les prévisions des bilans cumulés de la BCE, de la Banque du Japon, de la Fed et de la Banque d'Angleterre. En Zone euro, la BCE continue depuis janvier d'injecter 30 Mds € par mois sur les marchés. Comme Mario Draghi a déjà pas mal racheté de dette d'Etat sur le marché secondaire, il prend également de la dette d'entreprise. "La BCE pourra-t-elle cesser son programme d'achat de dette d'entreprises sans bouleverser les marchés de crédit européens ?" Ce n'est pas moi qui pose la question, mais le Wall Street Journal (Daily Shot du 18 avril). "La BCE a-t-elle un plan pour arrêter le QE privé sans déclencher une panique ?" Là non plus, la question n'est pas de moi, mais de Pantheon Macroeconomics, le cabinet de consulting fondé par le WSJ. Eurozone : la BCE continue d'acheter des obligations d'entreprise. Peut-elle cesser son programme sans bouleverser le marché européen du crédit ? Au Japon, même le gouverneur de la banque centrale tient des propos plus nuancés qu'un assureur :  Au Japon, même le gouverneur de la banque centrale tient des propos plus nuancés qu'un assureur Vous vous en doutez, abreuver les marchés pour atteindre un tel niveau de liquidité n'est pas sans avoir quelques menus inconvénients. Excès de liquidité = instabilité financière Que ce soit par obligation réglementaire et/ou par peur de rater le train de la performance financière, les gérants doivent investir ce gigantesque stock de liquidité. Peu importe qu'un nombre record d'entre eux estiment que certains marchés soient surévalués. % des gérants de fonds pensant que les actions sont surévaluées Je me permets de vous rappeler que de toutes façons, ça n'est que de votre argent dont il s'agit. Nyse Une anecdote, me direz-vous... Mais regardez plutôt ceci : Hedges Funds La Bank of America sur les tendances à 4 semaines : Les hedge funds sont vendeurs nets d'actions US depuis fin jan. 2018. Les clients institutionnels sont vendeurs nets depuis début fév. 2016. Les clients privés sont acheteurs nets depuis début février 2018. Or, le problème lorsque la liquidité se retrouve en excès au sein du système financier, c'est qu'elle peut "sauter d'une classe d'actifs à l'autre, ce qui fait apparaître des bulles suivies de l'explosion des bulles, d'où une forte instabilité financière." [NDLR : Vous êtes déterminé à profiter du retour de la volatilité ? Testez notre service SMS Cash Alert et visez des gains de plus de 500 € par jour. Tout est ici.] Vous en avez eu la parfaite illustration au cours de ce premier trimestre très mouvementé qui a vu le "transfert de la liquidité des obligations vers les actions (des pays de l'OCDE et des pays émergents) et vers les cryptomonnaies, puis brutalement sortie de la liquidité des actions et des cryptomonnaies vers les obligations à nouveau et aussi simplement vers le cash. Il va falloir s'habituer à cette instabilité financière que les banques centrales ont fait apparaître." Je cite plutôt que de reformuler car si des assureurs lisent ces colonnes, je ne voudrais pas qu'ils s'imaginent que ce se sont les divagations de Nicolas Perrin : il s'agit bien des écrits de Natixis. Naxitis Comment les banques centrales réagiront-elles lors de la prochaine catastrophe financière ? Lors de sa nomination officielle à la tête de la Fed, Jerome Powell a été accueilli par les intervenants avec une baisse de 4,6% en clôture sur le Dow Jones (jusqu'à -1 600 points en séance). On se demandait comment le nouveau président de la banque centrale américaine allait réagir : il a su rester serein. En tout cas, il ne s'est pas publiquement laissé aller à l'affolement et il a gardé le silence au cours de cet épisode. C'est ce qui a permis le spectaculaire rebond intervenu au cours de la semaine du 12 au 16 février. Le silence de Powell a été efficace face à l'instabilité qu'a expérimenté le système : la dislocation est remise à une prochaine fois. Nul doute que ce short squeeze n'aurait pas vu le jour si Powell avait affiché le moindre signe de nervosité. La Fed conserve donc sa crédibilité. En attendant, la marmite continue de bouillir. Jerome Powell se montrera-t-il "dove" (coulant) ou "hawkish" (strict) lors de la prochaine surchauffe ? Et si la Fed intervient, les marchés finiront-ils par lui retirer leur confiance ? Les avis sont partagés... Certains, comme Brandon Smith, estiment que 2018 est l'année où la Fed laissera les marchés actions s'effondrer. Brandon Smith Avec Donald Trump à la Maison Blanche, Jerome Powell dispose de l'occasion rêvée de faire passer son institution pour disciplinée et responsable. En remontant les taux et en réduisant la taille de son bilan tout en restant à l'écart du prochain krach sur les marchés actions, il sera très facile pour le nouveau président de mettre l'implosion de la bulle sur le dos du Donald. Certaines déclarations des représentants de la Fed au sujet la progression du déficit budgétaire et de la dette US ont d'ailleurs été assez alarmistes, tout comme les déclarations au sujet du "levier croissant et les évaluations élevées sur différentes classes d'actifs". Ces dernières semaines, le ton employé a clairement été "hawkish". Jerome Powell D'autres n'y croient pas une seconde et estiment que – comme à chaque fois que cela a été "nécessaire" par le passé – la Fed interviendra le jour J. Sauf que cette-fois ci, la manoeuvre pourrait ne pas être assez crédible pour convaincre les marchés. Superman is dead... D'autres encore n'aperçoivent que quelques nuages à l'horizon et estiment que "les risques financiers sont encore supportables", et qu'"il ne faut pas paniquer". A vous, cher lecteur, de voir quelle hypothèse vous semble la plus convaincante. L’article Combien de temps les « risques financiers » vont-ils rester « supportables » ? 2/2 est apparu en premier sur La Chronique Agora.
>> Lire la suite