Le Liban renferme un grand nombre de monuments historiques qui profitent au tourisme et à l'économie en général
vestige de l'Antiquité au Liban

Le Liban obtient le satisfecit du FMI

 

Lors de sa réunion en date du 26 juin 2015, le Conseil d'administration du FMI a félicité les autorités libanaises pour avoir réussi à préserver la stabilité macroéconomique et la confiance des marchés et ce, en dépit des retombées humanitaires et économiques sans précédent du conflit en syrien, matérialisées par un afflux massif de réfugiés, qui a mis à rude épreuve les finances publiques, ainsi que les infrastructures et le tissu social. En conséquence, le FMI lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle intensifie son aide au Liban sur le plan humanitaire et du développement. Tout en reconnaissant le fait qu’une conjoncture économique et politique très difficile limite le champ des politiques réalisables, les administrateurs du FMI encouragent les autorités à renforcer davantage la confiance et à assurer une croissance plus inclusive par la mise en œuvre rapide des réformes budgétaires et structurelles prioritaires.

Les administrateurs ont également insisté sur la nécessité d’un ajustement durable des finances publiques libanaises et salué l’excédent primaire de 2014, tout en notant qu’il était dû pour l’essentiel à des facteurs ponctuels. Et de mettre en garde contre l’augmentation du ratio d’endettement qui, si aucune autre mesure d’ajustement n’est prise, risque de d'augmentation encore et d’aggraver les vulnérabilités existantes, évinçant ainsi les investissements publics et les dépenses sociales indispensables. De ce fait, les administrateurs encouragent les autorités à adopter un budget suffisamment ambitieux pour 2015. Ils soulignent aussi l’urgence de réformer le secteur de l’électricité, afin d'alléger la contrainte qui pèse sur les finances publiques.

 

D'une manière plus générale, les administrateurs du FMI soulignent la nécessité d’orienter l’endettement public sur une trajectoire de baisse durable et recommandent la prudence, en ce qui concerne le réajustement de la grille des salaires du secteur public. Ils signalent aussi que de nombreuses possibilités existent pour accroître les recettes d'une manière équitable, notamment en améliorant le civisme fiscal et en élargissant l’assiette de l’impôt, à commencer par la fiscalité des carburants. Enfin, les administrateurs notent qu’un réaménagement de la répartition des dépenses en faveur des dépenses d’équipement et sociales permettrait d’amortir l’impact procyclique de l’ajustement budgétaire. Ils estiment ainsi que le renforcement du dispositif de protection sociale et la réforme du système de retraites pourraient améliorer l’équité et la viabilité des finances publiques.