Un homme d'affaires n'attend pas !
Un homme d'affaires n'attend pas !

Malgré un certain nombre d'améliorations, il ne fait pas bon de faire des affaires en Afrique du Nord. Classés respectivement 156ème, 68ème, et 77ème sur 190 pays dans le dernier rapport de Doing Business 2017, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie poursuivent leurs efforts d’amélioration de l’environnement des affaires dans des contextes socio-économiques très variés. Pour la Libye en revanche, classée 188ème, aucune réforme n’a été enregistrée par les indicateurs de Doing Business étant donné l’instabilité politique que connait le pays.

 

Le rapport Doing Business a connu cette année encore quelques changements méthodologiques, afin de mieux refléter le climat des affaires dans les pays visés par le classement. Ceux-ci ont notamment porté sur les indicateurs relatifs : au paiement des impôts et des taxes qui visent à couvrir désormais les procédures post-déclaration d’impôts, telles que le remboursement de la TVA et les contrôles fiscaux; aux dispositions légales discriminant l’égalité des genres; et à la protection des actionnaires minoritaires.

 

Malgré son classement (156ème), l’Algérie a connu cette année une amélioration significative de son environnement des affaires et vient en tête des pays réformateurs au Maghreb avec un gain de 7 places. Cette amélioration notable est due à l’adoption de quatre réformes liées à la suppression du capital minimum pour la création d’entreprises, la simplification de l’obtention du permis de construire, l’amélioration de la transparence dans les tarifs d’électricité et la réduction du taux de la taxe sur les activités professionnelles.

 

Grace à des efforts soutenus de réformes, le Maroc se classe désormais à la 68eme place du classement global du Doing Business, et fait son entrée parmi le premier tiers des pays ayant le meilleur environnement des affaires. En valeur absolue, le Royaume améliore son score et réduit son écart en s’approchant des résultats « des meilleures pratiques » (« distance to frontier »). Ainsi, le score du Maroc est passé de 65,82 dans le Doing Business 2016 à 67,50 dans le Doing Business 2017. Ce résultat provient des cinq récentes réformes adoptées et relatives à la simplification de la création d’entreprises ; l’enregistrement de titres fonciers; la mise en place d’un système d’évaluation de la solvabilité des emprunteurs; la protection des actionnaires  minoritaires et la simplification  des procédures d’importation.

 

Enfin à la 77e place sur 190, la Tunisie ne perd que deux places malgré les défis auxquels elle a fait face ces derniers mois. Comme le Maroc et l’Algérie, la Tunisie a également amélioré son score absolu qui est passée de 63,91 à 64.89 notamment suite à l’adoption d’une réforme clé pour l’amélioration de son système d’évaluation de la solvabilité des emprunteurs. Cette lente progression, et la concurrence d’autre pays sur le front des réformes, explique que son classement a légèrement régressé.

D'une manière générale, pour la région Moyen Orient et Afrique du Nord (MENA), quinze des vingt économies ont mis en œuvre au moins une réforme pour faciliter l’environnement des affaires, au cours de la dernière année. Le plus grand nombre de réformes mises en œuvre par les économies de la région ont porté sur la simplification de la Création d’Entreprise (avec 9 réformes) suivi par l’amélioration de la facilitation du Commerce Transfrontalier.